Cognitive Ingineering major
Research & Development internship
Practical information
Laboratory:

Adviser
Dominique Longin
Simon Creuchet

Niveau : thèse (CIFRE)
Lieu : IRIT et CCLE, Self&Consult
Responsables : Dominique Longin et Simon Creuchet 
Dominique.Longin@irit.frscreuchet@self-and-consult.fr
 

Télécharger l'annonce

Contexte :

L’aide à la décision est un enjeu important pour les entreprises qui doivent prendre des décisions importantes pour l’avenir plus ou moins court de leur entreprise. Pour les aider dans cette tâche, les sociétés de conseil mettent en place notamment des audits permettant à l’entreprise de mieux « prendre leur décision ». La limite de cet exercice est le temps et les ressources nécessaires pour réaliser ce type d’audit. Pour initier ces audits et aiguiller les entreprises vers les conseils qui les concernent le mieux, la société Self & Consult a mis en place une plateforme (« selforiels ») permettant aux entreprises et à leurs dirigeants de répondre à des questions permettant donc de s’auto-diagnostiquer et les aider à se positionner quant à leur prise de décision. En effet, ces questions ont pour objectif de diagnostiquer la situation de l’entreprise vis-à-vis de la question qu’elle se pose. A titre d’exemple, un selforiel « Self & Innov » est disponible pour les entreprises qui souhaitent un accompagnement dans les premières étapes de la demande de financement (CIR, CII, JEI...) de leurs projets d’innovation. La limite de ces selforiels réside dans leur acceptation parfois limitée auprès des utilisateurs finaux. L’entreprise note que le processus/déroulé du conseil est occasionnellement stoppé par certains utilisateurs, considérant l’interaction avec le système comme trop complexe. La thèse que nous proposons vise à répondre à ces limites afin d’aider les dirigeants à mieux s’autodiagnostiquer à l’aide d’un conseil virtuel qui le guidera de façon adaptée dans son diagnostic tout en mettant l’accent sur l’interaction.

Problématique & contributions scientifiques : 

Ce projet de thèse est au carrefour de deux problématiques de recherche : la modélisation de processus métier, et la conception d’assistants virtuels spécialisés.
Au regard de la psychologie cognitive, le conseil en entreprise s’apparente à une tâche de résolution de problème telle que définie par Newel et Simon en 1972. Dans ce cadre, résoudre un problème nécessite d’abord de définir l’espace de la tâche à mener à bien (1), incluant la description de l’état initial, la description de l’état à atteindre (la situation qui doit être obtenue pour que le problème puisse être dit résolu), les natures opérateurs et leurs contraintes d’utilisation, et d’autre part de définir l’espace problème. Celui-ci est définit comme l’espace circonscrit par l’interprétation construite par l’individu qui tente de résoudre le problème. Dans le cadre de la tâche de conseil, il s’agira d’interroger les caractéristiques internes du conseiller et du demandeur.
Sur la base de l’ensemble de ces éléments, une modélisation de la tâche de conseil est importante pour permettre l’établissement de préconisations à l’usager final.
Afin de proposer un assistant virtuel il sera nécessaire de passer du point de vue de la psychologie cognitive à celui de l’informatique, dont le coeur se situe au niveau de la modélisation de processus métier de conseil. En effet, l’objectif est d’intégrer dans un assistant virtuel de conseil un modèle de tâche adapté afin qu’il puisse se rapprocher du comportement d’un conseil humain.

Dans le but de concevoir un assistant virtuel spécialisé en conseil, la thèse que nous proposons s’articule autour de trois axes innovants interconnectés portant respectivement sur :

  1. la dynamique de la tâche ;
  2. la dynamique de l’interaction ;
  3. l’évolution par apprentissage du modèle de tâche.

L’originalité de ce projet réside également dans le fait que l’ensemble de ces axes repose sur une approche pluridisciplinaire mêlant l’ergonomie cognitive et l’informatique.

Contacts : Dominique.Longin[AT]irit.fr et Simon Creuchet : screuch