Evénement
Mis à jour
07 décembre 2019
LNC2

Quand les sciences cognitives et le cinéma se rencontrent autour des Émotions

Les 9 et 10 décembre prochains, l'ENS accueillera des scientifiques et des professionnels du cinéma pour tenter de mieux comprendre ce que sont les émotions. 

 

Rencontre avec trois membres de l'équipe organisatrice, Klara Kovarski, docteure en neurosciences cognitives et chercheuse auprès de la Fondation Ophtalmologique Rothschild et de l’Integrative Neuroscience and Cognition Center, Rocco Mennella, post-doctorant au LNC2  du DEC, et Victor Chung, étudiant au Master de Sciences Cognitives de PSL. 

Comment est né ce colloque ?


Nous sommes d’une part tous les trois passionnés de cinéma et de l’autre investis dans la recherche expérimentale sur les émotions. En tant que spectateurs, nous sommes fascinés par l’éventail d’émotions que peuvent susciter les films et par la maîtrise que les professionnels du cinéma ont développée afin de susciter de telles expériences. Parallèlement, en tant que chercheurs, les émotions constituent le cœur de nos recherches, ce qui nécessite de reproduire des émotions dans des conditions expérimentales pour pouvoir les étudier scientifiquement Avec Julie Grèzes qui dirige l'équipe de cognition sociale au sein du LNC2, nous sommes donc partis du constat que les émotions sont un élément crucial au cinéma et dans les neurosciences affectives, alors que ces deux univers restent isolés l’un de l’autre. Au cours de nos discussions, l’idée a émergé d’inviter des professionnels du cinéma "chez" les scientifiques, pour privilégier un échange autour de ce sujet d’intérêt commun. Le colloque s’est imposé comme le format idéal pour organiser cette première rencontre et le financement du programme New Ideas in Social Cognition dans le cadre de l'EUR Frontiers in Cognition au sein du DEC nous a permis de concrétiser cette idée, sous la coordination de Julie Grèzes. 

Notre souhait est que ce colloque initie un dialogue interdisciplinaire entre les professionnels du cinéma et les chercheurs en sciences cognitives afin de favoriser un apprentissage mutuel. 

"Qu'est-ce qu'une émotion ? Aperçu du laboratoire" est le titre de votre intervention lors de ce colloque. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Lors de cette intervention, notre objectif est d’introduire le public aux sciences cognitives et en particulier aux neurosciences affectives, c’est-à-dire à la discipline au croisement des neurosciences et de la psychologie qui s’intéresse à la relation entre le système nerveux et les émotions : Qu’est-ce qu’une émotion ? Quel est le rôle des émotions ? Comment les étudier au sein du laboratoire ? 

De nombreuses théories tentent de répondre à ces questions immuables, qui suscitent des débats vifs et tout à fait actuels. Si l’approche évolutionniste fait, par exemple, aujourd’hui consensus au sein de ce domaine de recherche, la définition précise d’une émotion est encore disputée. Cette présentation tentera de donner un aperçu des hypothèses et méthodes appliquées au sein d’un laboratoire de neurosciences affectives et d’introduire les principaux phénomènes qui seront abordés au cours du colloque.

Par ailleurs, la méthode scientifique contraint à simplifier ou réduire la complexité des émotions, afin de pouvoir étudier leurs aspects fondamentaux. Par conséquent, le cadre expérimental s’éloigne bien souvent des conditions naturelles dans lesquelles nous vivons quotidiennement les émotions. Justement, nous retrouvons cette complexité dans l’expérience cinématographique, ce qui suggère que les films peuvent être utilisés pour compléter notre connaissance réductionniste des émotions. Enfin, en nous appuyant sur une expérience en laboratoire réalisée cette année, nous partagerons quelques idées et pistes méthodologiques qui, nous l’espérons, intéresseront les professionnels du cinéma. 

Quels sont vos présupposés concernant les techniques cinématographiques utilisées pour inviter le spectateur à vivre les émotions ?

Après avoir discuté ensemble des émotions et du cinéma, nous avons échangé de façon informelle avec des professionnels du cinéma. Ces échanges nous ont suggéré qu’il existe des points communs mais également des différences entre notre façon d’étudier les émotions et la façon dont les émotions sont définies et appréhendées par ceux qui travaillent dans l’industrie cinématographique. Pour que l’échange soit le plus équilibré possible et afin de répondre au moins en partie aux attentes du public, nous avons donc consulté des professionnels du cinéma en les invitant à formuler les questions qu’ils pourraient poser à des chercheurs spécialistes des émotions. Ces retours nous ont aidés à identifier quelques thématiques telles que : Pourquoi les réactions des spectateurs sont-elles variables ? Quels sont les effets de la répétition des émotions sur le spectateur ? Quelles sont les différences entre les émotions véhiculées par le son et par l’image ? 

Nous choisissons donc d’aborder le thème des émotions au cinéma avec le moins de présupposés possibles, ce qui reflète l’esprit que nous souhaitons insuffler à cet événement : ne pas utiliser les sciences cognitives pour évaluer l’efficacité des techniques cinématographiques et formuler des "recettes" mais, plutôt, comprendre comment les techniques cinématographiques existantes interrogent et enrichissent notre connaissance actuelle des émotions. 

Entretien réalisé par le service de de communication de l'ENS.  

Le colloque Le Laboratoire des Émotions, au cinéma et en sciences cognitives a lieu les 9 et 10 décembre 2019 à l’ENS au 45 rue d’Ulm – 75005. Programme détaillé et inscription en ligne.

Un événement organisé par Julie Grèzes, Rocco Mennella, Victor Chung (LNC2 – INSERM U960 – DEC/ENS), Klara Kovarski (Integrative Neuroscience and Cognition Center – CNRS UMR 8002) et Carole Desbarats (Les enfants de cinéma - Directrice artistique des Rencontres du Havre sur les séries).