Publication
Mis à jour
02 juin 2022
IJN

Pourquoi faire confiance au Dr. Raoult ?

La crise du COVID-19 a mis en évidence le défi de l'évaluation de l'expertise. Dans une situation de grande incertitude, où des avis contraires circulent quotidiennement parmi les scientifiques et dans les médias, où les enjeux de santé publique sont si importants, à qui peut-on faire confiance ? Qui sont les experts ? Comment juger de leur fiabilité ? L'article "Why Trust Raoult? How Social Indicators Inform the Reputations of Experts", publié dans Social Epistemology, s'intéresse à la manière dont les gens évaluent l'expertise et en viennent à décider à quels experts faire confiance. Cet article utilise la recommandation d'hydroxychloroquine du microbiologiste français Dr. Didier Raoult comme étude de cas pour montrer comment l'évaluation de l'expertise est un processus complexe combinant des compétences épistémiques et sociales. Entretien avec Teresa Branch, philosophe des sciences à l'Institut Jean Nicod et première autrice de la publication.

 

Le besoin des experts d'aider les novices à comprendre le monde

Teresa Branch décrit un expert comme « un individu qui a suffisamment de connaissances sur un sujet pour non seulement le comprendre, mais aussi contribuer ou élargir les connaissances sur ce sujet ». Bien que nous ne comptons pas seulement sur les experts, ils sont donc utiles car ils peuvent fournir des connaissances spécialisées. En tant qu'individus, il nous est impossible d'avoir le temps, le talent et les ressources nécessaires pour enquêter et vérifier tout ce que nous croyons... « Imaginez quelqu'un qui adore faire du vélo, qui utilise le même vélo depuis des années, sait comment il se comporte dans les virages, quand il grince et quand il faut le réparer. Cette personne peut avoir une certaine connaissance des vélos pour les avoir réparés elle-même, mais pour les réparations plus complexes, elle devra peut-être faire appel à quelqu'un qui en sait plus, comme un mécanicien vélo. Un tel mécanicien est susceptible d'être en mesure de résoudre un plus grand nombre de problèmes, car il a acquis une connaissance plus large et plus approfondie des vélos. Par exemple, les rapports de vitesse optimaux, la façon dont ils varient selon les marques, etc ». Cela montre aussi que même les novices peuvent avoir une certaine connaissance du sujet, mais qu'à un moment donné, leurs connaissances sont limitées.

Mais même les experts ne peuvent pas tout savoir, et personne n'est expert en tout. Teresa Branch poursuit : « Même le meilleur mécanicien de vélo ne peut pas connaître tous les détails de chaque modèle de vélo, et il doit donc parfois consulter ses collègues ou une communauté encore plus large qui possède des connaissances différentes et une expertise supplémentaire. Par exemple, imaginons qu'une personne équipée d'un vélo électrique entre dans l'atelier du mécanicien.  Si le mécanicien n'est expert qu'en vélos manuels, il peut être en mesure de réparer certains problèmes du vélo électrique, mais il est probablement moins bien informé qu'un mécanicien de vélos électriques. Réaliser quand il faut consulter quelqu'un d'autre nous met au défi, en tant qu'experts et novices, de réfléchir aux limites de notre expertise et à la façon dont elle varie d'un sujet à l'autre ».

L'expertise est en effet plurielle. Il existe différents types d'experts, qui peuvent être formés de manière formelle ou acquérir une expertise de manière plus informelle, mais il existe également différentes formes d'expertise : « Certains experts disposent d'une 'connaissance tacite' qui provient de leur appartenance à une communauté épistémique, de l'apprentissage de leurs pratiques et de leur formation aux méthodes de la discipline. D'autres experts peuvent avoir une 'expertise interactionnelle' - ou la capacité de parler le langage d'une discipline sans la capacité correspondante de la pratiquer ».

Les scientifiques ont une expertise du monde naturel et des méthodes empiriques utilisées pour l'étudier. « Ils acquièrent généralement leur expertise par une formation et une pratique formelles. Cette expertise prend des années, voire des décennies à acquérir, et est souvent normalisée d'une certaine manière par la communauté scientifique. Parce que la science est le fournisseur le plus fiable d'informations sur le monde naturel et que les scientifiques sont considérés comme faisant de la science non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour la société au sens large qui soutient leurs recherches, ils sont régulièrement classés parmi les personnes en qui nous avons le plus confiance », explique Teresa Branch.

 

Public et experts : une question de confiance

Dépendre des experts pour comprendre le monde qui nous entoure signifie que l'on prend pour acquis une partie de ce qu'ils disent, mais est-ce que cela implique que nous devons leur faire confiance ? Dans l'exemple susmentionné, le propriétaire du vélo fait-il confiance au mécanicien ? Ou bien se fie-t-il simplement au mécanicien ? Y a-t-il une différence ? « Les philosophes - en particulier les épistémologues sociaux qui étudient la manière dont les gens arrivent à connaître les choses - pensent qu'il y a une différence importante, explique Teresa Branch. Les spécialistes affirment que la confiance comporte des dimensions morales et émotionnelles qui ne sont pas présentes dans la fiabilité. C'est pourquoi, lorsqu'une personne en qui vous placez votre confiance ne fait pas ce qu'elle est censée faire, cela s'accompagne souvent d'un sentiment de trahison et de déception. En revanche, si vous vous fiez uniquement à lui pour faire quelque chose, vous ressentez de la déception ou du regret, mais pas de trahison ».

Mais comment choisissons-nous les personnes en qui nous pouvons avoir confiance ? Comment le public détermine-t-il la fiabilité d'un expert ? Teresa et ses collègues se sont penchés sur le cas particulièrement intéressant du Dr Didier Raoult, en cherchant à savoir pourquoi de nombreuses personnes ont fait confiance aux recommandations de traitement du COVID-19 initialement fournies par le microbiologiste (à savoir l'hydroxychloroquine), malgré les preuves ultérieures suggérant que ce traitement n'était pas fiable. Pour Teresa Branch et ses collègues, la réponse réside en partie dans les « indicateurs sociaux ».


Comment les indicateurs sociaux peuvent influencer la décision de faire confiance aux experts : le cas du Dr Didier Raoult 

« Les indicateurs sociaux sont des indices dans notre environnement social que les gens interprètent consciemment et inconsciemment pour créer la réputation des autres, explique Teresa. Dans l'article, nous soutenons que les indicateurs sociaux entourant le Dr Raoult ont contribué à former une réputation à son sujet que beaucoup de gens ont trouvé attrayante malgré les contestations de sa recommandation ». 

Elle poursuit en indiquant qu'il existe de nombreux indicateurs sociaux qui peuvent influencer la réputation des experts. Ces indicateurs sociaux dépendent du sujet et de la personne qui les utilise. Dans le cas du Dr Raoult, les auteurs ont exploré son charisme, son statut, son influence et ses valeurs. « Le charisme est déterminé par la façon de parler d'une personne, son assurance et d'autres qualités personnelles qui justifient, aux yeux des autres, son autorité épistémique. L'autorité épistémique est une déférence envers les connaissances d'une autre personne parce qu'elle est mieux placée pour connaître les informations pertinentes. Le statut est la position d'une personne dans une hiérarchie. Il est dynamique et affecte la manière dont l'opinion d'un expert sera évaluée par les publics et tend à augmenter en fonction de l'autorité épistémique. L'influence mesure la popularité d'un expert au-delà de sa communauté. Les valeurs, quant à elles, sont des processus mentaux dynamiques et contextuels. Elles vivent dans nos esprits et dans le monde qui nous entoure, guidant nos décisions, influençant la manière dont la société est structurée et déterminant la manière dont nous décidons ce qui est important ». 

En tant que communiquant, le Dr Raoult a acquis une réputation internationale qui a permis aux chercheurs d'observer en temps réel l'évolution des indicateurs sociaux influençant sa réputation.  Les indicateurs sociaux qui concernent le Dr Raoult sont très visibles car il a beaucoup de charisme, occupe un poste de haut niveau dans un hôpital de recherche affilié à une université et se trouve dans une position influente qui lui permet de communiquer ses valeurs. Teresa Branch et ses co-auteurs soulignent également qu'en tant que « scientifique-praticien », le Dr Raoult possède un type très particulier de double-expertise. Elle explique qu'en tant que scientifique, il fait partie d'une communauté sensible aux méthodologies scientifiques qui visent à acquérir des connaissances plus fiables. En d'autres termes, il possède la formation épistémique technique attendue des experts scientifiques, ce qui contribue à son autorité épistémique. Cependant, il est capable de faire plus que théoriser des traitements car il est aussi praticien, et donc utilise son expertise scientifique pour tester activement ces traitements sur des patients. « Le double engagement dans ces deux communautés épistémiques est à la fois avantageux et désavantageux. Il est avantageux car il dispose d'un large éventail de connaissances sur lequel il peut s'appuyer pour ses recommandations. Mais cela peut aussi conduire à des tensions, comme par exemple lorsqu'il s'agit de décider de ce qui doit être prioritaire : les engagements méthodologiques attendus des scientifiques ou l'engagement du praticien à traiter les patients ».  

Ces indicateurs sociaux, et bien d'autres, se retrouvent dans les communications du Dr Raoult. Le public les a donc facilement intégrés dans sa perception de sa réputation et les a utilisés en combinaison avec les preuves qu'il a présentées pour se faire une opinion sur sa recommandation de l'hydroxychloroquine comme traitement du COVID-19. « Ce travail enrichit la littérature en épistémologie sociale parce qu'il explique comment nous utilisons des caractéristiques secondaires - comme les indicateurs sociaux - pour décider à quels experts se fier, explique Teresa Branch. Les travaux antérieurs dans ce domaine sont beaucoup plus axés sur les informations réelles fournies par les experts (par exemple, les preuves empiriques) pour expliquer nos décisions. Mais les décisions de faire confiance sont beaucoup plus compliquées que cela et suggèrent qu'elles sont riches et complexes que les gens n'adoptent pas simplement les informations mot pour mot ». 

L'article des chercheurs recommande donc de faire attention lorsque nous choisissions à quel expert faire confiance. « Il faut un certain degré d'autoréflexion pour comprendre pourquoi nous gravitons vers le fait de croire certains experts plutôt que d'autres. Ce travail de "méta-réflexion" peut être difficile, car il nous oblige à prendre en compte nos propres biais et lacunes épistémiques, mais il peut finalement nous aider à prendre des décisions plus fiables sur les personnes à qui faire confiance ». Teresa Branch suggère, par exemple, de rechercher des incohérences ou des conflits entre les indicateurs sociaux pour aider à décider s'il faut faire confiance à un expert ou non : « Si un expert communique fièrement son statut dans une hiérarchie, mais qu'il critique ensuite l'existence même de cette hiérarchie, cela produit une incohérence à laquelle les gens devraient réfléchir lorsqu'ils évaluent la réputation de l'expert. En d'autres termes, nous devrions nous demander si l'expert joue sur les deux tableaux et, si oui, c'est une bonne chose ?»

Raoult
Figure : Exemples d'indicateurs sociaux de réputation (statut, autorité épistémique, influence et valeurs) selon quatre dimensions : personnelle, institutionnelle, formelle et informelle.

 

L'étude des valeurs dans la science

Pendant son post-doctorat à l'Institut Jean Nicod dans l'équipe Normes épistémiques dirigée par Gloria Origgi, le travail de Teresa Branch a consisté à étudier le paysage théorique de la confiance envers les experts et s'est concentré sur l'étude des valeurs. « Mon travail actuel élargit ce sujet pour explorer comment les valeurs dans la science, la confiance dans les experts et la communication scientifique, se croisent avec l'hésitation à se faire vacciner ». Les valeurs sont l'un des principaux indices sociaux étudiés dans l'article sur l'épistémologie sociale, mais à quoi faisons-nous référence lorsque nous parlons de valeurs dans la science ?

La chercheuse explique que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et tout au long de la Guerre froide, la science a adopté ce que les philosophes appellent « l'idéal sans valeur » pour la science. Cet idéal suppose que seules certaines valeurs épistémiques, telles que l'objectivité et la fiabilité, contribuent à guider la science vers la vérité. Dans le cadre de cet idéal, seules ces valeurs épistémiques sont autorisées à évaluer les preuves. « L'idéal sans valeur interdit aux valeurs sociales, personnelles et politiques de jouer un rôle dans la définition des normes relatives aux preuves. Cependant, il a été démontré que les valeurs personnelles, sociales et politiques - ou les valeurs non épistémiques - sont en fait intéressantes pour la science, car il y a toujours un risque d'erreur. Puisqu'il est impossible de réaliser toutes les expériences possibles pour prouver qu'une hypothèse est vraie (ou fausse), les scientifiques doivent, à un moment donné, déterminer quelle quantité de preuves est suffisante. Cette décision ne peut se fonder exclusivement sur des valeurs épistémiques, et des valeurs non épistémiques peuvent donc être souhaitables pour fixer des seuils de preuve. Les philosophes pensent généralement que prendre en considération, par exemple, les valeurs de la société au moment de déterminer les seuils appropriés pour accepter ou rejeter des hypothèses est une meilleure ligne de conduite que de ne pas le faire. Cela est particulièrement vrai lorsque l'on considère que la science peut avoir un impact significatif sur la société ».

Teresa Branch prend l'exemple d'un groupe d'experts qui conçoivent un barrage, calculent la quantité d'eau que le barrage peut contenir, et doivent également prévoir le pire scénario en cas de rupture du barrage. « Disons que la zone située sous le barrage est généralement inutilisée et que si le barrage venait à se rompre, les conséquences devraient être relativement minimes. Il pourrait y avoir quelques dommages environnementaux temporaires, mais à part cela, personne ne devrait être blessé, l'agriculture locale ne serait pas affectée, etc. Dans ce cas, les experts peuvent décider de la quantité de preuves suffisante, mais ils ne seront peut-être pas obligés de prendre en compte les valeurs non épistémiques de la même manière que si l'erreur avait de graves conséquences sociales. En revanche, s'il existe un risque de dommage environnemental ou un danger pour les communautés locales qui seraient affectées par la rupture du barrage, les conséquences potentielles de l'erreur sont beaucoup plus graves. Dans ce cas, nous pourrions souhaiter que les experts prennent des précautions supplémentaires, effectuent davantage de tests, vérifient plus souvent leurs preuves et fixent des seuils plus élevés pour ce qui est considéré comme "OK" pour construire le barrage. Dans ce cas, les valeurs non épistémiques (par exemple, le bien-être public) ont directement pénétré dans la science et affectent les seuils de preuve en raison des conséquences potentielles que la science peut avoir ».

La présence de valeurs dans la science et la manière dont les valeurs sont communiquées sont cruciales pour les décisions de confiance. Teresa Branch précise que la littérature montre que nous somme en fait plus susceptibles de faire confiance à une personne ayant des valeurs similaires aux notres. « Lorsque des scientifiques-praticiens comme le Dr Raoult font savoir qu'ils privilégient les valeurs non épistémiques, qui mettent l'accent sur le bien-être des patients, par rapport aux valeurs épistémiques méthodologiques (comme la reproductibilité), les gens réagissent différemment selon la valeur qu'ils privilégient. C'est un exemple de la façon dont nous utilisons les valeurs comme indicateurs sociaux pour les aider à construire leur réputation et à décider à qui faire confiance ».


Une passion pour la communication scientifique

Au cours de son diplôme de premier cycle en biochimie (spécialisation psychologie), Teresa Branch a réalisé combien la communication scientifique la passionnait. Cette passion l'a amenée à poursuivre une carrière dans des musées tels que le Musée des sciences et de la technologie du Canada (Ottawa). Tout en terminant sa maîtrise, elle a travaillé au Musée royal de l'Ontario (Toronto), puis à Science Nord (Sudbury) où elle a obtenu un diplôme d'études supérieures en communication scientifique. « J'ai finalement obtenu un doctorat en philosophie (Université de Waterloo) tout en travaillant au musée de l'informatique de l'Université de Waterloo, car je suis fascinée par la façon dont nous communiquons la science et par les moyens de l'améliorer. Je suis également passionné par la philosophie appliquée, c'est-à-dire la philosophie qui vise à relever les défis du monde réel, et j'ai donc créé deux postes de philosophe en résidence pendant mon doctorat. J'y ai philosophé aux côtés d'experts de Philip Beesley Architect Inc. (Toronto, Canada) et du laboratoire de recherche en informatique Zenith (INRIA, France). En tant que philosophe des sciences, mon objectif est de rendre la science et le processus d'enquête empirique plus inclusifs, plus précis et mieux adaptés à la société ».

 

Pour aller plus loin

Share